Prof. Abdoulaye SAKHO, Vice-Président chargé de la Modernisation des textes et des Affaires juridiques à l’Asc Jaraaf

ASC JARAAF. LA SYMBOLIQUE D’UN ACTE DE SOLIDARITE

L’association sportive et culturelle Jaraaf (ASC Jaraaf) est le club le plus titré du football sénégalais. (Douze fois champion du Sénégal et Quinze Coupes du Sénégal). Il est basé à Dakar et a été créé le 20 septembre 1969. Il est né de la réforme Lamine Diack en 1969, de la fusion du Foyer France Sénégal et des Espoirs de Dakar. Il est régi par les articles 811 et suivants du COCC.

Parmi les membres fondateurs du Jaraaf qui étaient au nombre de douze, six de chaque côté. On peut rappeler certains noms prestigieux. Pour le Foyer France Sénégal : Maguette Diack, Oumar Marone, Keba Mbaye, Abdoulaye Fofana Pour les Espoirs de Dakar : Fara Ndiaye, Serigne Lamine Diop, Abdoulaye Mathurin Diop. Parmi, les non signataires de l’accord de fusion, Medoune Diene, Adama Ndao, Lamine Diack, Dr Mbaye Ndoye, Amadou Abdoulaye Ba zeund. Ces personnalités ont permis au Jaraaf d’avoir un patrimoine immobilier conséquent qui en fait sa fierté et qui a toujours permis des rêves les plus audacieux pour ce club (Terrain Point E, terrain Gaspard Camara et terrain Yenn). La valorisation de ce patrimoine a toujours fait l’objet de projets ambitieux qui n’ont pas pu aboutir. Ce patrimoine n’a jamais pu servir à une véritable professionnalisation du club qui participe à la Ligue professionnelle sénégalaise. 

Aujourd’hui à la faveur de l’acte de solidarité en direction du Président Diack décidé hier en AG Extraordinaire, je crois que ce club qui regorge de personnes ressources de qualité est en train de trouver les voies et moyens de devenir ce que tous les sénégalais attendent depuis longtemps : avoir un club populaire capable de rivaliser avec les meilleurs d’Afrique.

La décision de payer la caution du président Lamine Diack est en droite ligne de ce que l’on attend d’une association sportive et culturelle comme le Jaraaf : l’entre aide et la solidarité font partie des actes qui se posent au quotidien dans toutes les associations du monde.

Du point de vue de la légitimité de la décision. Chez nous au Sénégal, les sommes distribuées en aide lors des événements heureux (baptêmes, mariages) ou malheureux (décès, accident) relèvent de cette noble mission des associations. Pour Lamine Diack, c’était un devoir et le Jaraaf l’a fait. L’idée est venue du Doyen Alioune Diaw avec un formidable relais de l’icône et excellent journaliste Abdoulaye Diaw. Il y a ensuite eu le soutien immédiat de tous les anciens et sages du club qui ont d’ailleurs tenus à être présents lors de l’AG.

Du point de vue de sa régularité. La réalisation de cette idée a suivi tout le processus de prise de décision dans l’ASC avec, à la clé, un vote à l’unanimité de l’unique résolution, lu par un jeune du groupement des supporters, de l’unique point de l’ordre du jour de cette AG.

Faire une cession d’un élément d’actif du patrimoine de l’association pour, entre autres objectifs, réaliser un acte de solidarité, fait partie des missions d’une ASC, le Jaraaf le démontre et affirme encore son leadership dans la gestion du sport au Sénégal.

Les observateurs devront retenir quand même, au-delà de l’acte de solidarité qui honore ce club et ses enfants, que les sommes engrangées suite à la cession serviront aussi  à l’apurement d’une bonne partie du passif du club et surtout à poser les bases d’une gestion du club un peu moins dépendante de la poche personnelle des dirigeants. Sur ce plan, il vaut mieux ne pas en dire plus pour ne pas divulguer nos secrets de fabrique. Rapprochez-vous du Président Cheikh Seck qui certainement communiquera dessus en temps opportun.

Prof. Abdoulaye SAKHO, Vice-Président chargé de la Modernisation des textes et des Affaires juridiques.