Hommage à Louis CAMARA
Équipe Jaraaf 1970La seule évocation de son nom fait tressaillir et fait défiler chez les nostalgiques, les souvenirs parmi les plus marquants de l’histoire du football sénégalais. Ce joueur, est un des plus talentueux de sa génération, est le premier buteur sénégalais en Coupe d’Afrique des nations. Vous l’aurez compris , il s’agit de Boubacar Louis CAMARA plus connu sous le nom de Louis CAMARA.

Ancien sociétaire des Espoirs de Dakar, puis de l’ASC les JARAAF de Dakar, à la faveur de la réforme Lamine DIACK intervenue en 1969 qui fusionna les Espoirs de Dakar avec le Foyer France Sénégal, Louis CAMARA est assurément un des noms ronflants de notre club et de la sélection du Sénégal. Pour cause, cet excellent joueur dont les prouesses et envolées techniques, au milieu de terrain, faisaient courir chaque dimanche, tous les amateurs du ballon rond dans la capitale. Homme raffiné dans la vie, Louis CAMARA n’en était pas moins sur les terrains de foot. Celui qui provoquait les cris d’émerveillement du grand reporter sportif feu Alassane Ndiaye « Alou » était un virtuose, un crack du ballon. Bref, Louis était un Artiste. Chaque toucher de balle de Louis rassemblait à un peintre dont chaque coup de pinceau donnait plus de forme à son tableau. Sa conduite de balle était un pur régal. Que dire de sa maîtrise technique qui avait fini de faire l’unanimité sur sa classe et son habileté à orienter le jeu de son équipe. Même les supporters des équipes adverses ne tarissaient point d’éloges sur ce phénomène du quartier de BOPP à Dakar. Auréolé de plusieurs titres avec les Espoirs de Dakar et avec le Jaraaf, Louis CAMARA a un palmarès extraordinairement riche dont le plus retentissant est le doublé Coupe-championnat lors de la saison 1969-1970 avec en prime aucune défaite concédée. Cette grande équipe du Jaraaf était constituée de joueurs pétris de talents comme Matar Niang, Édouard Gnacadia, Bamba Diarra et autres Toumani Diallo sous la direction du coach Pagaye Sow. Icône et figure de proue du club, Louis CAMARA mérite sans nul doute de demeurer au panthéon des monuments du Jaraaf aux côtés de son illustre et inséparable ami feu Matar Niang, de Mbaye Fall, Cheikh Seck et Lamine Diack. Ce dakarois qui a fait ses classes aux Espoirs de Dakar, fut très tôt repéré grâce à son talent incontestable et son génie pour intégrer l’équipe nationale du Sénégal alors dirigée par Habib Ba. Très vite, il gagna ses galons et devint un titulaire et un taulier des Lions aux côtés de grands noms comme Louis Gomis, Yatma Diouck, Yatma Diop, Petit Dia…etc. Lors de la première participation du Sénégal à une phase finale de Coupe d’Afrique en 1965, il fut non seulement le premier buteur de notre pays en CAN mais inscrit un doublé contre l’Ethiopie martyrisée par 5 buts à 1. En 1968, rebelote. Il fut de l’expédition en Éthiopie où il joua tous les matches comme titulaire. Si au final, le Sénégal fut éliminé à chaque fois au premier tour, sur le plan individuel, Louis a toujours tiré son épingle du jeu avec de solides et convaincantes prestations. Ce qui lui valut d’être cité ou comparé à des joueurs comme Laurent Pokou dont le Roi Pelé disait « tu aurais dû naître brésilien ». Cela en dit long sur le talent de Louis . Au summum de sa carrière, il était intenable et en a subjugué plus d’un, adversaire comme coéquipier sans oublier les nombreux amateurs qui assistaient chaque semaine à ses récitals sur les terrains. Lamine Diame un voisin de son quartier à Dakar et non moins fan de témoigner : « je me rappelle lors d’un match international contre le Togo à Dakar, Louis avait planté un quadruplé. Performance qu’il réédita plus tard contre SC Dial Diop en championnat ». Amadou Diop Boy Bandit, ancien capitaine du Jaraaf et des Lions que d’aucuns considèrent comme le digne héritier de son illustre prédécesseur au JaTALENTS D’HIER : Hommage à Louis CAMARA
La seule évocation de son nom fait tressaillir et fait défiler chez les nostalgiques, les souvenirs parmi les plus marquants de l’histoire du football sénégalais. Ce joueur, est un des plus talentueux de sa génération, est le premier buteur sénégalais en Coupe d’Afrique des nations. Vous l’aurez compris , il s’agit de Boubacar Louis CAMARA plus connu sous le nom de Louis CAMARA.

Ancien sociétaire des Espoirs de Dakar, puis de l’ASC les JARAAF de Dakar, à la faveur de la réforme Lamine DIACK intervenue en 1969 qui fusionna les Espoirs de Dakar avec le Foyer France Sénégal, Louis CAMARA est assurément un des noms ronflants de notre club et de la sélection du Sénégal. Pour cause, cet excellent joueur dont les prouesses et envolées techniques, au milieu de terrain, faisaient courir chaque dimanche, tous les amateurs du ballon rond dans la capitale. Homme raffiné dans la vie, Louis CAMARA n’en était pas moins sur les terrains de foot. Celui qui provoquait les cris d’émerveillement du grand reporter sportif feu Alassane Ndiaye « Alou » était un virtuose, un crack du ballon. Bref, Louis était un Artiste. Chaque toucher de balle de Louis rassemblait à un peintre dont chaque coup de pinceau donnait plus de forme à son tableau. Sa conduite de balle était un pur régal. Que dire de sa maîtrise technique qui avait fini de faire l’unanimité sur sa classe et son habileté à orienter le jeu de son équipe. Même les supporters des équipes adverses ne tarissaient point d’éloges sur ce phénomène du quartier de BOPP à Dakar. Auréolé de plusieurs titres avec les Espoirs de Dakar et avec le Jaraaf, Louis CAMARA a un palmarès extraordinairement riche dont le plus retentissant est le doublé Coupe-championnat lors de la saison 1969-1970 avec en prime aucune défaite concédée. Cette grande équipe du Jaraaf était constituée de joueurs pétris de talents comme Matar Niang, Édouard Gnacadia, Bamba Diarra et autres Toumani Diallo sous la direction du coach Pagaye Sow. Icône et figure de proue du club, Louis CAMARA mérite sans nul doute de demeurer au panthéon des monuments du Jaraaf aux côtés de son illustre et inséparable ami feu Matar Niang, de Mbaye Fall, Cheikh Seck et Lamine Diack. Ce dakarois qui a fait ses classes aux Espoirs de Dakar, fut très tôt repéré grâce à son talent incontestable et son génie pour intégrer l’équipe nationale du Sénégal alors dirigée par Habib Ba. Très vite, il gagna ses galons et devint un titulaire et un taulier des Lions aux côtés de grands noms comme Louis Gomis, Yatma Diouck, Yatma Diop, Petit Dia…etc. Lors de la première participation du Sénégal à une phase finale de Coupe d’Afrique en 1965, il fut non seulement le premier buteur de notre pays en CAN mais inscrit un doublé contre l’Ethiopie martyrisée par 5 buts à 1. En 1968, rebelote. Il fut de l’expédition en Éthiopie où il joua tous les matches comme titulaire. Si au final, le Sénégal fut éliminé à chaque fois au premier tour, sur le plan individuel, Louis a toujours tiré son épingle du jeu avec de solides et convaincantes prestations. Ce qui lui valut d’être cité ou comparé à des joueurs comme Laurent Pokou dont le Roi Pelé disait « tu aurais dû naître brésilien ». Cela en dit long sur le talent de Louis . Au summum de sa carrière, il était intenable et en a subjugué plus d’un, adversaire comme coéquipier sans oublier les nombreux amateurs qui assistaient chaque semaine à ses récitals sur les terrains. Lamine Diame un voisin de son quartier à Dakar et non moins fan de témoigner : « je me rappelle lors d’un match international contre le Togo à Dakar, Louis avait planté un quadruplé. Performance qu’il réédita plus tard contre SC Dial Diop en championnat ». Amadou Diop Boy Bandit, ancien capitaine du Jaraaf et des Lions que d’aucuns considèrent comme le digne héritier de son illustre prédécesseur au Jaraaf, d’ajouter : « Louis CAMARA a toujours été une référence pour moi. C’est une icône du club et un monument du football au Sénégal. Personne ne peut dire le contraire. Tant il impressionnait par sa maîtrise technique et son intelligence du jeu. Un jour Mawade Wade m’a dit *Amadou, à défaut de dépasser Louis CAMARA, tu dois lui ressembler dans le jeu*. Sa clairvoyance et sa simplicité n’ont d’égal que sa justesse technique ». C’est dire à quel point ce monsieur était un joueur de grande classe. SALUT L’ARTISTE.
Abdoukarim NDJAYE.

raaf, d’ajouter : « Louis CAMARA a toujours été une référence pour moi. C’est une icône du club et un monument du football au Sénégal. Personne ne peut dire le contraire. Tant il impressionnait par sa maîtrise technique et son intelligence du jeu. Un jour Mawade Wade m’a dit *Amadou, à défaut de dépasser Louis CAMARA, tu dois lui ressembler dans le jeu*. Sa clairvoyance et sa simplicité n’ont d’égal que sa justesse technique ». C’est dire à quel point ce monsieur était un joueur de grande classe. MERCI L’ARTISTE.