Ligue 1 – 8ème journée : Le Jaraaf à l’épreuve de Teungeth FC

Adepte du yoyo depuis le début de la saison, le Jaraaf (7ème, 10 points) a l’occasion, ce samedi au stade Amadou Barry de Pikine, de démontrer qu’il vaut mieux que ces fulgurances suivies de passages à vide. Pour cela, il lui faudra être à son meilleur niveau, simplement parce qu’il reçoit le leader, Teungueth FC qui caracole en tête du classement (19 pts) avec 6 longueurs d’avance sur son suivant immédiat. Jusqu’ici invaincus, les Rufisquois comptent bien rester sur leur lancée lors de cette 8ème journée de L1. Mais, le Jaraaf, vice-champion en titre, capable du meilleur comme du pire, est bel et bien en mesure – dans un bon jour – de leur causer du trouble.

Pendant ce temps, le champion, Génération Foot (9ème, 8 pts), assez mal en point en ce début de saison, tentera de repartir du bon pied à domicile où il n’a que trop souvent perdu cette saison. Cependant, Gorée, la lanterne rouge (14ème, 4 pts) qui lui rend visite voudra confirmer son réveil tonitruant de la précédente journée lorsqu’elle avait surclassé NGB (3 – 0). Les « Grenats » ont donc intérêt à sortir le grand jeu.

Pareil pour NGB (13ème, 6 pts) qui reçoit le Stade de Mbour (10ème, 8 pts) qui a arrêté l’hémorragie depuis quelques journées et a commencé son opération remontée au classement. L’AS Douanes (2ème, 13 pts) qui rend visite au CNEPS cherchera à s’imposer pour ne pas laisser filer Teungueth FC en tête. Mais les Thiessois (12ème, 6 pts) ont besoin d’air car la menace, derrière, se fait pressante.

Les trois autres rencontres de la 8ème journée de L1 se joueront le dimanche 2 février.

Le programme de la 8ème journée


Samedi 1er février
à 16h au Stade Djibril Diagne : Génération Foot- Gorée ; à 16h30 à Amadou Barry : Jaraaf – Teungueth FC ; à 17h à Ibrahima Boye : NGB – Stade de Mbour ; à Lat-Dior : CNEPS – AS Douanes

Dimanche 2 février à 16h30 à Caroline Faye : Mbour PC – DSC ; à Alassane Djigo : AS Pikine – Casa Sports ; à 18h à Alboury Ndiaye : Ndiambour – Diambars

LSFP.sn

Jaraaf : Malick Daff sur le retour de Idrissa Niang : « Son expérience nous fera du bien »

Après un passage en Tunisie et au Liban, Idrissa Niang signe son retour au Jaraaf. Le milieu de terrain a rejoint une équipe du Jaraaf handicapée par les nombreuses blessures.
« C est quelqu’un qui connait bien la maison et je pense que son expérience nous fera beaucoup de bien, »a affirmé le coach Malick Daff.
Il n’est pas le seul à retourner au bercail. En effet, Mamadou Sylla a aussi fait sin retour au Jaraaf.
« De meme que sylla, il est très expérimenté, c’est un vrai compétiteur, un leader et un rassembleur. On n’a besoin des joueurs de cette envergure pour palier l’absence des joueurs partis cette saison et des blessés qui tardent à réintégrer le groupe. Nous avons besoins d’un bon effectif. »
Le Jaraaf rencontre le leader TFC, ce samedi au stade Amadou Barry.

Jaraaf : Idrissa Niang arrive en prêt

Le club de la Médina a un nouveau renfort avant la fin du mercato prévue samedi. Idrissa Niang portera les couleurs du Jaraaf jusqu’à la fin de la saison. Il a été prêté par son club libanais Nejmeh Sporting.
Idrissa Niang fait partie des sénégalais rentrés du Liban à cause de la situation politique et sociale qui frappe le pays depuis quelques mois. Ce qui a provoqué
l’arrêt du championnat libanais. De retour au bercail, certains d’entre eux, qui avaient porté les couleurs du Jaraaf auparavant, tentent de se relancer à la Médina.
Après le défenseur central
Mamadou Sylla dont le retour a été officialisé il y a une semaine, le club du président Cheikh Seck a enregistré le prêt du milieu de terrain Idrissa Niang en provenance de Nejmeh Sporting Club.
Le natif de Richard-Toll sera de nouveau Médinois pour les six prochains mois. Il avait déjà porté les couleurs vert-blanc de 2012 à 2017.
Publié par le quotidien « Stades » le 29 janvier 2020.

BASKET : Idy cissokho nommé directeur technique du Jaraaf

Le coach Idy Cissokho est promu directeur technique de la section basketball du Jaraaf, en plus d’être le coach de l’équipe féminine.

Un Jaraaf « new look » désormais, les choses ne se feront plus comme avant. La section basket-ball est bien structurée. La Direction technique a aussi un nouveau patron en l’occurrence Idy Cissokho, qui remplace l’emblématique Amadou Courbaly dit «Pa Coulou».

Un poste qu’il va cumuler avec celui de coach de l’équipe féminine en National 1. Le challenge est d’insuffler une dynamique positive au club. Ce qui excite le technicien promu. «J’ai toujours voulu relever des défis. J’ai laissé mes empreintes partout où je suis passé à Pikine,BC, SIBAC et particulièrement à SEED Academy ainsi que CNEPS Excellence. C’est d’ailleurs ces plates-formes que je vais essayer de mettre en place au Jaraaf».

Pour y parvenir, Idy Cissokho sait pouvoir compter sur un encadrement administratif engagé avec «le manager général Abdoulaye Ndiaye, qui esttrès actif. Il est en train de faire un bon boulot en posant des actes importants». Avant de souligner: «Il y a une équipe dirigeante de qualité dans laquelle émargent d’anciennes joueuses du club comme Ngoné Kane, Néné Diack, Badiène Barry, MamaAwaDiagne… En plus de ceux qui était là à l’image de Omar Sonko ou Younouss Diagne. Ce que je vois en ce moment est différent de ce que j’avais trouvé la saison dernière. Cette structuration aura sans doute un impact sur le plan sportif. Les techniciens et les pratiquants se sentent entourés de per-
sonnes responsables». «Se focaliser sur la formation pour produire des talents».

Mais à partir du moment où les moyens financiers sont limités, la section basketball du Jaraaf va retourner à ce qui faisait sa réputation : la formation. L’objectif du nouveau directeur technique est ainsi de réussir à faire de la formation médinoise un grenier de joueurs et joueuses talentueux. Comme dans le passé avec Ngalou Paye (ancienne Lionne), Malèye Ndoye (ex capitaine des Lions), Issa Konaré (ancien Lion) Astou Ndour (internationale espagnole) et tant d’autres.

«Le Jaraaf est un club formateur. Aujourd’hui, les circonstances font qu’on est obligé de se focaliser sur cela afin de préparer une relève sur laquelle l’équipe fanion pourra s’appuyer», dit Idy Cissokho, qui se veut un «formateur avant d’être entraîneur».

En effet, il a participé à l’encadrement de certains dansl’actuelle génération de Lions et Lionnes : Gorgui Dieng (NBA), Youssou Ndoye (France), Thierno Ibrahima Niang (AS Douane), Fatou Babou Diagne (NCAA États-Unis), Elma Kinta Malou (France)…

Avec le Jaraaf, le projet est clair : il s’agit de créer une école de basketball et de monter des équipes de petites catégories. Et pour cela, «tous les techniciens du club doivent se retrouver, travailler ensemble pour le rayonnement du Jaraaf dans l’élite nationale. La Direction technique ne va pas tarder à organiser une rencontre pour que nous puissions réfléchir, discuter et poser les jalons en vue de redorer le blason du club».

Un championnat à poule unique est la meilleure formule.

Dans cette perspective, la saison 2019-2020 servira de transition.

«On croyait pouvoir continuer dans la lancée de ce qui a été fait quand on a pris l’équipe féminine au cours de l’exercice écoulé. Mais avec les départs enregistrés à des postes clés (la meneuse Fatou Bintou Thiam (DUC) ainsi que les intérieures Bébé Sarr (ASCVD) et Mame Borso Diallo parti en France), ce n’est pas facile. On est obligé de reconstruire. En essayant de miser sur les jeunes qu’on a pour bâtir quelque chose de solide d’ici les deux prochaines années.

On ne peut connaître autant de pertes et prétendre jouer les premiers rôles. Jouer le maintien, c’est ce qu’on peut espérer», indique le coach et DT Idy Cissokho.

Les «Vert-Blanc» qui ont repris les entraînements, il y a trois semaines, risquent de ne pas être au top pour la journée inaugurale du National 1 féminin prévue le 8 février prochain. De ce fait, un report serait le bienvenu. «Ça peut être une bonne chose. D’autant que le délai est trop court», souligne Idy Cissokho. Avant de lancer : «Il faut qu’on ait l’habitude de commencer tôt les compétitions.

Début novembre au plus tard, on doit pouvoir jouer. Ce qui fait qu’on aura tout le temps de dérouler.
Surtout dans un championnat à poule unique. La saison passée, on a constaté que ça a été très bénéfique pour les équipes. C’est la meilleure formule».

Également nommé sélectionneur adjoint des U25 féminins, le DT du Jaraaf «remercie le DTN Moustapha Gaye et la Fédération pour cette confiance».

Publié par le quotidien « Stades » le 29 janvier 2020

Ligue 1/7ème journée : Le Jaraaf domine DSC grâce à un doublé de Amirou

Le Jaraaf a renoué avec le succès en l’emportant par 2 à 0 face à Dakar Sacré Cœur. Amirou Kanté a été l’auteur des deux réalisations du match.

Des cris de joie, des applaudissements, des chants, la fin du match de la septième journée entre le Jaraaf et le Dakar Sacré Cœur a été très animée par les supporters du Jaraaf. L’équipe de Malick Daff a peut-être réussi ce soir le match référence de ce début de saison. Avec ses nombreux blessés et son choix critiqué lors du dernier match, le coach lance alors Amirou Kanté. Huit minutes suffit au joueur formé au club pour trouver la faille. Le Jaraaf déroule bien et Amirou va doubler la mise à la 44ème minute.
« Ça me fait plaisir de marquer contre le Dakar Sacré Cœur parce que c’est un match capital, » se félicite le buteur.
Mailon faible de l’équipe depuis le début de la saison, le milieu a été intraitable sur les duels et sur la récupération. En deuxième période, la solidarité de l’équipe a chamboulé tous les plans de l’adversaire. Le Jaraaf jouait en bloc et profitait des contre-attaques, épuisé en fin de match, Amirou a raté deux occasions franches.
« En deuxième période en sachant qu’une équipe touchée dans son orgueil allait réagir, on savait que Dakar Sacré-Coeur allait changer de système ou allait apporter du sang neuf, c’est ce qu’ils ont fait. Ils ont eu la possession du ballon mais ils n’ont pas créé de véritables occasions. On a tenu bon, on a crée des contre-attaques.On a eu beaucoup d’occasions mais malheureusement, on a pas marqué en deuxième période », a commenté le coach a la fin du match.
Cette victoire est venue au bon moment car c’est la meilleure manière de préparer le prochain match contre le leader TFC lors de la huitième journée.