Coupe CAF : Le coup parfait du Jaraaf

  1. Coupe CAF : Le coup parfait du Jaraaf.

En match aller comptant pour le tour de cadrage de la coupe CAF, le Jaraaf a Dakar a réussi la bonne opération en allant s’imposer 0-1 sur la pelouse du National Sports Stadium de Harare contre le FC Platinum. Une victoire qui place le Jaraaf en bonne position de qualification pour la phase de poules.

Le Jaraaf sait voyager et Harare n’a pas dérogé à la règle. Comme lors des tours précédents, le club de la Médina a réalisé un excellent résultat en allant battre le FC Platinum sur ses terres. Une victoire acquise de haute lutte par les coéquipiers de Madicke Kane qui ont fait montre à la fois d’un mental de guerriers et d’un visage séduisant dans le jeu. Il faut dire que le match était très ouvert et pouvait  basculer à tout moment en faveur de l’une ou de l’autre équipe, tellement que les occasions se sont multipliées des deux côtés du terrain. 

Le Jaraaf fait le dos rond 

Dès l’entame du match, les zimbabwéens prennent le jeu à leur compte avec une bonne circulation du ballon et beaucoup de mouvements. Leurs intentions étaient claires : faire bouger cette équipe du Jaraaf pour se créer des espaces dans les intervalles ou derrière le dos de la défense et s’offrir des opportunités de marquer. Le bloc du Jaraaf se met en place sur la partie médiane du terrain pour ne pas trop subir les assauts du FC Platinum. Dotés d’une bonne qualité technique, les zimbabwéens misent sur le jeu court en faisant des combinaisons au niveau de l’entrejeu et dans les couloirs. Le Jaraaf fait le dos rond et laisse passer l’orage. C’est à ce moment où les Jaraafmen commençaient à sortir de l’étreinte des locaux qu’un joueur du FC Platinum est fauché dans la surface de réparation par Cherif après s’être auparavant joué de Babacar Seck. L’arbitre n’hésite pas et siffle un penalty logique pour le FC Platinum.  Silas Dylan qui se charge d’exécuter la sentence voit son tir repousser d’une main ferme par le Pape Seydou le spécialiste des penaltys (26e).  Pas découragés par cet échec, les joueurs locaux multiplient les assauts vers les buts du gardien sénégalais. Sur l’un d’eux, Banta très remuant au milieu, crochète  du pied du pied et envoie un boulet à Pape Seydou qui repousse en deux temps (30e). Mais le Jaraaf ne se contente pas de bien défendre son camp. A la 35e, Pape Abdou  sert sur le côté droit Cherif Diallo qui centre pour Babacar Seck. La remise de ce dernier pour Albert ne donna rien. A la minute suivante (36e), Albert Diene, suite à un joli numéro entre 3 zimbabwéens met en orbite Pape Abdou Ndiaye qui s’échappe vers le but adverse mais est vite repris par un défenseur. Tout comme Matar Ndiaye qui, sur un bon service de Albert est pris en sandwich par les deux défenseurs centraux. Une première période maîtrisée par le FC Platinum face à un Jaraaf très discipliné et difficile à bouger.

Des changements décisifs

Dès le retour des vestiaires, le coach Ibou Diatta flairant le bon coup, fait son premier changement en faisant entrer Ousmane Mbengue à la place de Aliou Tendeng. Un changement qui replace Albert au milieu pour laisser le couloir droit au nouvel entrant. Ce dernier va apporter un supplément d’âme offensif à l’équipe du Jaraaf. Ses dribbles déroutants, ses feintes éreintantes ainsi que ses ouvertures lumineuses font reculer l’équipe hôte. C’est le moment choisi par le coach Diatta pour lancer coup sur coup Pape Youssou Paye et Ousmane Sagna respectivement à la place de Pape Abdou Ndiaye et de Matar Ndiaye (62e).   Le match prend alors une autre physionomie et le Jaraaf devient de plus en plus menaçant devant des locaux émoussés par le manque de compétition et  qui commencent à ressentir les contrecoups de leur débauche d’énergie de ka première période. Presque toutes les balles récupérées par le Jaraaf constituent des dangers pour les locaux qui ont plus de mal à contenir les assauts répétés de Pape Youssou et compagnie. A la 68e, Albert Lamane, qui aura été omniprésent durant cette partie, va conclure une belle combinaison à 3 dont il est à l’origine. Il récupère le cuir des pieds d’un joueur du FC Platinum à la suite d’une mauvaise relance du gardien. Il sert Ousmane Mbengue qui, sur une belle louche trouve Babacar Seck qui remise pour Albert. Le numéro 7 du Jaraaf n’eut aucune peine à pousser le ballon au fond des  buts vides. Le Jaraaf mène mais ne desserre pas l’étau autour d’une équipe devenue subitement friable. Le trio offensif entrant continue de plus belle à pilonner la défense zimbabwéenne qui tient bon pour ne pas encaisser un deuxième but. Malgré une dernière occasion franche du FC Platinum qui aurait pu égaliser sur un ballon qui heurte miraculeusement le montant de Pape Seydou, le Jaraaf s’en tire bien avec une victoire qu’il faudra confirmer au retour dans une semaine, au stade Lat Dior de Thies, pour réaliser le rêve de toute la grande communauté des supporters du Jaraaf.

Ousmane Mbengue, le monsieur plus du Jaraaf

Ousmane Mbengue est ce qu’on peut appeler un supersub. L’ancien sociétaire de l’US Goree ne marques certes pas mais est décisif dès qu’il est lancé dans le bain.Le milieu excentré du Jaraaf est plus qu’un joker de luxe pour le coach Malick Daf. Tantôt titulaire, tantôt remplaçant, le numéro 11 des vert blancs ne s’est jamais imposé comme un indéboulonnable dans le onze de départ de l’équipe de la Médina. Toutefois, son apport en sortie de banc semble être plus décisif pour son équipe que s’il démarre les rencontres. Dans ce rôle, il grappille du temps de jeu en étant l’option n°1 comme 4e homme offensif du staff technique. A chaque fois qu’il fait son apparition sur la pelouse dans son statut de remplaçant, Ousmane Mbengue s’illustre merveilleusement bien au grand bonheur des supporters du Jaraaf qui le considèrent désormais  comme l’homme providentiel du Jaraaf. On se rappelle que lors de la dernière journée du championnat c’est lui qui avait donné le caviar à Madicke Kane pour le but de la victoire contre l’ASAC Ndiambour. Contre le FC San Pedro, c’est encore lui qui sonna la révolte des siens en seconde mi-temps au point d’amener les ivoiriens à se recroqueviller dans leur zone. Cet après-midi, sur les hauteurs de Harare l’histoire et les supporters du Grand Jaraaf retiendront que c’est de Ousmane Mbengue qu’est venue la lumière qui met son club en ballottage favorable et probablement va  propulser le club phare  de Dakar en phase de poules d’une compétition africaine de clubs.